IMPREVU 2015

Imprévu 2015

IMPREVU 2014
PDF 2014

Imprévu 2014

IMPREVU 2013
PDF 2013

Imprévu 2013

IMPREVU 2012
ARCHIVES

Fermer DVD_2008

Fermer Groland

Fermer L'Hériboeuf

Fermer La CCLPHM

Fermer La Prog

Fermer La montempougne

Fermer Le festival 2006

Fermer Le festival 2007

Fermer Le festival 2008

Fermer Le festival 2009

Fermer Le festival 2010

Fermer Le festival 2011

Fermer Le tunnel

Fermer Tournoi

Fermer Vidéos

Diaporama

Fermer  Affiches

Fermer  Avant l'Imprévu 2005

Fermer  Boeuf de Camel

Fermer  Chicago Bues

Fermer  Clip Da Silva

Fermer  Groland

Fermer  Imprévu 2004

Fermer  Imprévu 2005

Fermer  Imprévu 2006

Fermer  Imprévu 2007

Fermer  Imprévu 2008

Fermer  Imprévu 2009

Fermer  Tournoi

musique.gifHERIBOEUF SONG

new.gifL'Hériboeuf - Mini traité par Gros01 (2002)

Un logo pour fonctionner ensemble, Pougne et Montemboeuf : l’Hériboeuf.

 

            Le creusement de la passerelle souterraine entre Pougne Hérisson et Montemboeuf a permis de mettre à jour des ossements particulièrement curieux voire inédits. Les grands savants ombilicologues de Pougne dépêchés de toute urgence sur le chantier ont extrait, intacte, une colonne vertébrale hérissée de piquants, preuve de l'existence d'un animal ignoré.

Les recherches longues et fastidieuses que j’ai alors entreprises ont bouleversé, il est temps de le dire, beaucoup d’idées reçues tant au niveau historique qu’au niveau biologique.

         Je demande à tous ici beaucoup d’attention, de circonspection, de force d’analyse : le rapprochement de Pougne-Hérisson et Montemboeuf n’est pas le fait du hasard, ni la volonté hasardeuse de deux illuminés comme on laisserait encore le croire aujourd’hui. La science a rétabli certaines vérités.

 

 

Indisociabilité de la biologie animale et de l’histoire.

 

            L’Hériboeuf, en latin Heribovis elegantissima  « Pougnoseii Monteboveii », était un animal très répandu dans nos régions de Gâtine et Limousin, voire d’Aquitaine. Complétement écarté de nos manuels d’histoire et de sciences biologiques pendant des générations, il revient enfin à la mode, car on s’aperçoit qu’il a joué et joue encore dans nos contrées un rôle très important, tant au niveau symbolique que gustatif et même plus.

 

         L’Hériboeuf, mammifère à tête de bœuf et à corps de hérisson, est apparu postérieurement à la seconde glaciation. Les recherches d’ADN ont prouvé qu’il était le fruit d’un taureau (en ces temps reculés appelé Urus) et d’une banale femelle hérisson qui avait eu le bonheur de pouvoir se réfugier ou plutôt se lover (de nos jours, on dit se lofter) près d’une source de chaleur puissante au moment de froids particulièrement intenses. La promiscuité chaleureuse a permis à un spermatozoïde du bovidé de s’infiltrer tant bien que mal dans les profondeurs génitales de l’hérissonne. L’accés le plus simple pour le gamète aventureux fut le nombril de la femelle à piquants.

 

            Vous comprenez désormais pourquoi Pougne s’auto-proclame « le Nombril du Monde » .

           

 

            Au Moyen-Age, et plus précisément durant toute la période des Croisades,  l’Hériboeuf était tout destiné à sa fonction principale qui devait rester la sienne pendant de longues années : il avait certes une tête de bœuf, mais surtout, il avait des poils aguerris, piquants au possible, dissuadant toute velléité d’approche ou de contact. En bref, ce fait est occulté de l’histoire du Moyen-Age, on ne sait trop pourquoi, les tabous l’emportant bien souvent sur la véracité des événements, il était utilisé comme ceinture de chasteté.

 

         Les croisés revenus de Palestine, le grand "scrash" des chevaliers oublié, l’animal fut délaissé. On ne l’utilisa plus pour ses vertus thérapeudico-préservatives. Il dégénéra, muta génétiquement d’autant que l’homme, conjointement, inventait la pilule. Cela aurait pu sonner le glas de l’hériboeuf. Merveilleuse nature ! Les poils durs tombèrent, les cornes se ramollirent, les mouvements devinrent plus lents, la démarche incertaine, caravanesque.

 

 

Peu importe : l’animal s’est adapté.

 

On l’appelle désormais l’escargot en Charente, le luma en Poitou. Admettez qu’il revient de loin, avec ses deux cornes molles et sa coquille en colimaçon.

 

 

                                                          J-C Lann

                                                          (Octobre 2002)


Date de création : 31/10/2006 @ 09:28
Dernière modification : 31/10/2006 @ 09:50
Catégorie : L'Hériboeuf

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Nouveau site

Le nouveau site

c'est

ICI

Le COIN de la ZIC
Recherche



Nous contacter
Poitou-Charentes

l'Imprévu

avec le

concours financier

de la région

logo_poitou_charente.jpg

Partenaire ERDF

ERDF partenaire

de 

l’Imprévu festival

 Cliquer pour accès

W3C CSS Adaptation Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^